by
on
under
Permalink

Les différences entre la séduction dans la vraie vie et sur Internet

amour

Avant de parler des différences de la séduction à la ville et à l’écran, il m’apparait judicieux de rappeler la définition de « séduction »: le fait de charmer, d’attirer irrésistiblement, d’envoûter, de fasciner.
De nos jours, la vie réelle ne laisse guère de temps au jeu de la séduction. Or, du fond de son lit, lové dans son pyjama Bisounours ou Bart Simson, le net en est l’outil même. Pour se faire des contacts, voir même les fidéliser, ne faut il pas faire acte de séduction?
Là où la ville laisse place au hasard des rencontres, nécessitant cependant proximité et intimité, le net permet de discuter avec plusieurs individus potentiellement intéressants et la distance devient détail négligeable.
Si dans la vie, la déception peut être immédiate, dès que l’autre ouvre la bouche et fait étalage de ses limites intellectuelles, le virtuel peut prendre plus de temps au naïf débutant, victime d’un « fake » (fausse fiche).
Sur le net, seuls les véritables séducteurs, passent les évaluations. Point de place aux fautes d’orthographe, de syntaxe, et surtout, le net nécessite de faire fonctionner ses neurones, si l’on espère prétendre faire marcher le reste plus tard! Il faut savoir lire, écrire, jouer de sincérité, (enfin si l’on veut aboutir), d’humour au second degré bien maitrisé, de répartie, éviter le sirupeux, le lourd, l’humour premier degré voir salasse, et ne pas hésiter à remplir son profil avec une pointe de créativité, et d’originalité, seules références que l’autre pourra consulter et qui le motiveront peut être à vous sélectionner. La timidité ou fausse modestie n’y ont nulle place, l’anonymat permettant justement d’être soi-même sans crainte de jugement. Ceux qui se croient exemptés des ces quelques règles, finiront de toutes façons immédiatement à la trappe. Car sur le net, ils ne seront pas sauvés par leur physique de tombeur. Avant d’être autorisé à allumer leur webcam, ils devront montrer patte blanche.

Les avatars cachant trop souvent de faux profils de « sex hunter », « money digger » et « web hooker », qui vous ayant déjà devancé, rendent votre interlocuteur méfiant, voir hyper septique.
Nulle place non plus au charme de votre prénom, masqué sous un pseudo, que je vous conseille bien choisi, si vous voulez passer le cap de la sélection. Votre sourire ravageur, votre voix sensuelle, l’odeur raffinée de votre parfum pour femme ou pour homme, votre sens du bon goût révélé par vos vêtements bien choisis, le jeu des regards troublant, l’émotion d’une main qui effleure, l’alchimie des phéromones qui sont vos atouts dans la vraie vie, ne traverseront pas l’écran. Enfin, la spontanéité du « on couche le premier soir », au moment de se dire au revoir d’une bise, ou d’un premier baiser, dans la vraie vie, impose une véritable planification de la première rencontre à la ville, autour d’un café, d’un verre, d’un diner, voir plus si affinité.
Mais que vous choisissiez de séduire sur le net ou que vous vous y risquiez dans la vie réelle, gardez à l’esprit, que séduire, quelque soit son véritable but, est ce que nous devons tous faire quotidiennement, pour pouvoir vivre en communauté, nous faire des amis, trouver un emploi ou l’amour et les garder. Ce n’est pas un acte singulier. Nous le pratiquons jour après jour. Le nombre de séducteurs augmente régulièrement sur le net, pendant que leurs phéromones restent en éveils dans la vraie vie.

Originally posted 2014-04-04 17:30:02.